Communication : Des techniques guerrières à la voie martiale

Des techniques guerrières à la voie martiale : apparition du terme « budō » et structuration des arts martiaux dans le Japon impérial

Résumé de communication – Workshop international « Terminologies and categories of martiality. Etymologies, religious and secular dimensions, related practices » (10 juillet 2019, Aix-Marseille Université).

Plusieurs termes – notamment budō 武道, bujutsu 武術, kakutōgi 格闘技, mais aussi kobudō 古武道 ou encore koryū bujutsu 古流武術 et kobujutsu 古武術 – sont utilisés pour désigner les pratiques martiales dans la société japonaise contemporaine. Le plus usité reste le mot « budō », la « voie martiale ». Cette désignation est en fait une construction historique récente puisqu’elle ne date que de la période de Meiji (1868-1912) et s’inscrit au sein d’un double processus de sportivisation et d’autochtonisation des pratiques guerrières anciennes telles que le jūjutsu[1] 柔術 (techniques à main nue[2]), le kenjutsu 剣術 (techniques de sabre) ou le kyūjutsu 弓術 (techniques de tir à l’arc). Plusieurs écoles emblématiques s’inscrivent dans ce courant : le karaté, le judo, l’aïkido, le kendo ou encore le shorinji kempo ; systèmes qui sont tous élaborés à partir de la fin du xixe et durant la première partie du xxe siècle.

Ce mouvement est à comprendre au cœur des mutations de la société japonaise de cette époque, notamment dans les domaines de l’éducation (kyōiku 教育) et du religieux (shūkyō 宗教 ou saishi 祭祀 s’agissant des rites de l’Etat), mais aussi comme partie intégrante de l’élan nationaliste qui se développe dans un Japon impérial à la militarisation grandissante et d’un rapport au corps (shintai 身体) renouvelé. Reflet d’une structuration de la pratique et des discours rattachés aux techniques corporelles japonaises, le terme de « budō » incarne l’émergence des nouvelles « voies martiales » qui s’imposent face aux anciennes « techniques guerrières » (bujutsu). Plus que de simples gestes, il s’agit désormais de pratiques qui mêlent exercice physique et sagesse (voire spiritualité), deux aspects incarnés par les deux sinogrammes de cette appellation aux atours ancestraux, et pourtant résolument moderne.


[1] Jiujitsu en français et anglais.

[2] Le terme jūjutsu signifie littéralement « techniques souples ». Je le traduis ici par « techniques à main nue » afin de la mettre en perspective avec les pratiques fondées sur le maniement des armes.