Annonce : soutenance de thèse

La soutenance de ma thèse intitulée « Trajectoires shintō et construction de la Mandchourie japonaise : spatialisation religieuse, expansion de l’empire et structuration du shintō moderne » aura lieu (en visioconférence) le 12 décembre 2020.

Le jury sera composé de :

Sébastien Billioud, professeur des universités (Université de Paris)

Arnaud Brotons, professeur des universités (Université d’Aix-Marseille)

Matthias Hayek, professeur des universités (Université de Paris)

François Lachaud, directeur d’études (École française d’Extrême-Orient)

Michael Lucken, professeur des universités (Institut national des langues et civilisations orientales)

Chantal Verdeil, professeur des universités (Institut national des langues et civilisations orientales)

 

Résumé de la thèse :

Le shintō moderne est souvent réduit à un système rituel unifié, centré sur des sanctuaires perçus soit comme avatars du shintō d’État, soit comme lieux de culte populaires. Cette lecture est davantage encore mise en avant dans le cas de l’expansion japonaise en Asie. L’ambition première de cette thèse est de montrer deux aspects qui sont en fait complémentaires et participent de la dynamique impériale de la première moitié du XXe siècle. Contrairement aux lectures qui nient l’authenticité du shintō moderne, elle vise ainsi à prouver que ce dernier constitue un système religieux généalogiquement cohérent dont l’expression moderne est caractérisée par une dynamique de projection impériale, voire universelle, centrée sur des nouvelles doctrines panthéistes. L’étude s’appuie sur trois parcours de leaders shintō impliqués dans la construction de la Mandchourie japonaise : Matsuyama Teizō 松山珵三 (1878-1947), Deguchi Onisaburō 出口王仁三郎 (1871-1948) et Kakei Katsuhiko 筧克彦 (1872-1961). Ces trois cas permettent de mettre en lumière trois modalités de rencontre avec l’espace mandchou, perçu dans sa dimension diatopique, et autant de processus de spatialisation de cette région. Il est ainsi possible de comprendre en quoi ces prédicateurs shintō sont à la fois mus par, et moteur de, la dynamique impériale dans les territoires s’étirant de la péninsule du Liaodong à la frontière de la Mongolie Extérieure. L’espace fluide qu’est la Mandchourie japonaise apparaît dès lors comme la cible d’appropriations religieuses et coloniales au sein desquelles s’entrelacent les ambitions individuelles et étatiques.

Mots-clés : shintō, Mandchourie japonaise, impérialisme japonais, sanctuaires d’outre-mer, Matsuyama Teizō, Deguchi Onisaburō, Kakei Katsuhiko