Qu’est-ce que la Mandchourie japonaise ?

J’utilise dans mes recherches le terme de « Mandchourie japonaise ». En apparence contradictoire, celui-ci recouvre en fait les ambitions impériales que le Japon projetait dans cet espace protéiforme souvent désigné à l’époque par le toponyme Man-Mō 満蒙, constitué des premiers caractères de la Mandchourie (Manshū 満洲) et de la Mongolie (Mōko 蒙古). Bien que foncièrement mouvant, désignant des territoires différents en fonction de qui l’utilisait, ce toponyme est vraisemblablement utilisé avant la guerre russo-japonaise, cependant, cette dernière représente bien le tournant qui voit la région mandchoue prendre une importance grandissante dans les discours d’époque. Il désigne le plus souvent les Trois provinces du Nord-Est : Heilongjiang 黒龍江, Jilin 吉林 et Fengtian 奉天 (Matsusaka 2001, p. 422-423), auxquelles s’ajoutent des portions variables du territoire mongol, à l’époque séparé entre la Mongolie Extérieure à l’ouest, et la Mongolie Intérieure à l’est. Au départ, la région comprend ainsi les ligues et bannières mongoles de la province de Rehe 熱河 (Jehol). Dans les années 1920, elle inclut en outre des portions de Suiyuan 綏遠, de Chahar 察哈爾 (Chahaer), et même d’autres régions plus à l’ouest. Les militaires incluent quant à eux systématiquement l’intégralité de ces provinces au sein de Man-Mō à cette période (McCormack 1977, p. 58-60).

Continuer la lecture