Projet de recherche actuel : Ogasawara Shôzô et le sanctuaire de Corée

Titre du projet de recherche : “Étude des écrits d’Ogasawara Shōzō 小笠原省三 (1892-1970) en perspective du traitement des archives de la construction du Chōsen jingū 朝鮮神宮 (sanctuaire de Corée)”

Cadre institutionnel : programme de recherche postdoctorale de l’École française d’Extrême-Orient (EFEO)

Le présent projet de recherche se focalisera sur l’étude des écrits d’Ogasawara Shōzō 小笠原省三 (1892-1970) en perspective du traitement des archives de la construction du Chōsen jingū 朝鮮神宮 (sanctuaire de Corée). Parmi les quelques neuf cent quatre-vingt-quinze lieux bâtis dans la péninsule coréenne durant la première moitié du xxe siècle (Inamiya, Nakajima 2019), le Chōsen jingū, érigé en 1925, est sans doute le plus important. Quant à Ogasawara, intellectuel aujourd’hui méconnu, il est le premier spécialiste des « sanctuaires d’outre-mer » (kaigai jinja 海外神社) – terme qu’il a lui-même forgé – et l’un des principaux défenseurs de la théorie des ancêtres communs nippo-coréens (nissen dōsoron 日鮮同祖論). Il s’implique notamment dans le projet de construction du Chōsen jingū, lors duquel il avance la nécessité d’y consacrer des divinités autochtones, revendications à l’origine de l’un des plus importants débats au sein des élites shintō et gouvernementales de l’époque.

L’objectif du projet est de collecter, numériser ou transcrire, et étudier d’une part les publications d’Ogasawara Shōzō, d’autre part les archives et les sources primaires concernant le Chōsen jingū. En plus de ses deux ouvrages de référence – Kaigai no jinja – Narabi ni Burajiru zaijū dōhō no kyōiku to shūkyō 海外の神社 並びにブラジル在住同胞の教育と宗教 (Les sanctuaires d’outre-mer – Suivi de L’éducation et la religion de nos compatriotes résidant au Brésil) (1933) ; et Kaigai jinja-shi 海外神社史 (Histoire des sanctuaires d’outre-mer) (1953) –, Ogasawara a publié plusieurs essais traitant spécifiquement du cas coréen, dont deux plus en particulier sur le sanctuaire : Chōsen jingū o chūshin to shitaru naisen yūwa no ikkōsatsu 朝鮮神宮を中心としたる内鮮融和の一考察 (Une réflexion sur l’harmonie nippo-coréenne centrée sur le Chōsen jingū) (1925) ; Chōsen jingū o hai shite naisen ryō minzoku no shōrai ni oyobu 朝鮮神宮を拝して内鮮両民族の将来に及ぶ (Atteindre l’avenir des peuples nippo-coréens en regardant le Chōsen jingū) (1926). Le croisement de ces derniers et des documents concernant le processus de consécration des divinités du sanctuaires permettra d’envisager une étude inédite en langue française sur les enjeux réels de la construction des lieux de culte shintō dans la péninsule coréenne et, plus largement, au sein de l’empire japonais, mais aussi de comprendre le rôle d’Ogasawara dans ce phénomène.

Le cas du Chōsen jingū a été jusqu’à présent traité principalement dans les travaux de Suga Kōji (1999 ; 2004 ; 2010) et d’Aono Masaaki (2008 ; 2013 ; 2015). La particularité du sanctuaire est d’avoir été le premier lieu de culte shintō étatique consacré exclusivement aux divinités impériales Amaterasu et Meiji. Jusqu’à présent, les sanctuaires construits dans les colonies et territoires sous contrôles sont systématiquement dédiés à trois divinités censées incarner l’idéal pionnier : les « trois divinités du défrichement ». Or, en Corée, les autorités décident de n’enchâsser que les deux entités précitées. Si Suga avance que ce choix reflète l’importance de la péninsule coréenne par rapport aux autres colonies, valeur attestée par l’essor des discours sur l’origine commune, Aono y voit quant à lui la profonde empreinte du shintō d’État sur place. Il est, dans un cas comme dans l’autre, possible d’affirmer avant tout le lien étroit unissant l’érection du site avec l’exercice du pouvoir colonial sur place, qui entend intégrer directement la population coréenne au récit mythique de la fondation de la nation japonaise. Il convient cependant de mettre en lumière les tensions qui ont abouti à cet événement marquant un tournant dans l’histoire des sanctuaires d’outre-mer. En effet, même si la tentative d’Ogasawara, qui vise à convaincre les autorités de consacrer les ancêtres de la nation coréenne, est un échec, elle reflète toute la complexité du processus d’implantation du shintō moderne dans la péninsule coréenne de manière stricte, dans l’empire de manière large.

Cette perspective se place dans la continuité de mon travail de thèse, dans lequel j’ai montré combien la propagation du shintō dans la vaste Mandchourie est un phénomène protéiforme porté par des leaders aux convictions diverses capables d’orienter de manière subtile l’exercice du gouvernement impérial tout en s’inscrivant pleinement dans sa diffusion. La trajectoire d’Ogasawara Shōzō, intellectuel impliqué dans la construction de plusieurs grands sanctuaires de l’empire, constitue ainsi un prisme de choix afin de croiser de manière multiscalaire les enjeux individuel, communautaire et impérial qui s’entrechoquent dans cet épisode paradigmatique qu’est la fondation du Chōsen jingū et la dispute qui entoure le choix des divinités à y consacrer.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.