Qu’est-ce que la Mandchourie japonaise ?

J’utilise dans mes recherches le terme de « Mandchourie japonaise ». En apparence contradictoire, celui-ci recouvre en fait les ambitions impériales que le Japon projetait dans cet espace protéiforme souvent désigné à l’époque par le toponyme Man-Mō 満蒙, constitué des premiers caractères de la Mandchourie (Manshū 満洲) et de la Mongolie (Mōko 蒙古). Bien que foncièrement mouvant, désignant des territoires différents en fonction de qui l’utilisait, ce toponyme est vraisemblablement utilisé avant la guerre russo-japonaise, cependant, cette dernière représente bien le tournant qui voit la région mandchoue prendre une importance grandissante dans les discours d’époque. Il désigne le plus souvent les Trois provinces du Nord-Est : Heilongjiang 黒龍江, Jilin 吉林 et Fengtian 奉天 (Matsusaka 2001, p. 422-423), auxquelles s’ajoutent des portions variables du territoire mongol, à l’époque séparé entre la Mongolie Extérieure à l’ouest, et la Mongolie Intérieure à l’est. Au départ, la région comprend ainsi les ligues et bannières mongoles de la province de Rehe 熱河 (Jehol). Dans les années 1920, elle inclut en outre des portions de Suiyuan 綏遠, de Chahar 察哈爾 (Chahaer), et même d’autres régions plus à l’ouest. Les militaires incluent quant à eux systématiquement l’intégralité de ces provinces au sein de Man-Mō à cette période (McCormack 1977, p. 58-60).

La Mandchourie elle-même est une création relativement récente. En effet, cet espace jusqu’alors arpenté par plusieurs tribus, unifiées par le leader Nurhachi 努爾哈赤 (1559-1626) au cours des XVIe et XVIIe siècles, n’est circonscrite en territoire qu’à partir du XVIIIe siècle. C’est à la cartographie que l’on doit ce découpage spatial : d’une part, à l’atlas commissionné par Kangxi 康熙 (1654-1722) en réponse aux ambitions russes, et réalisé à l’aide des techniques jésuites aux alentours de 1720 (Elliott 2000, p. 619-624) ; d’autre part, à la mappemonde de 1826 de Joseph Perkins (Swift 2008, p. 177) et la carte de 1838 des frères Walker (Pelletier 2011, p. 488). Cependant, ce tracé symbolique, cette géo-graphie, se couple aussi à une délimitation bien plus concrète de la région.

Le XVIIIe siècle est effectivement le théâtre d’une politique d’isolation culturelle menée en réponse à la sinisation progressive due à la pénétration croissante des Han dans la région. Les dirigeants mandchous tentent alors de sacraliser le berceau de leur identité originelle. Le massif du Changbai (Changbai shanmai 長白山脈) est alors qualifié de terre natale des Mandchous, dans un effort de trouver aux diverses ethnies de la région une origine commune (Elliott 2000, p. 614 ; Duara 2004, p. 42-43). Afin de maîtriser le flot de migrants chinois, les empereurs mandchous ont recours à un moyen bien concret : ils font ériger une palissade de saule (liutiao bian 柳条边) tout autour de leur domaine. Cette palissade représente la division concrète et symbolique du territoire en une Mandchourie préservée au nord, un domaine mongol à l’ouest, et le sud, occupé par les Han (Ibid., p. 41-42). Ainsi s’opère le découpage d’un espace réifié en tant que haut lieu identitaire et protégé par un marqueur physique garant de l’authenticité identitaire des Mandchous et agissant comme frontière.

A ces deux territoires, la Mandchourie et la Mongolie, il faut également ajouter la péninsule du Liaodong, qui devient un territoire à bail japonais à la suite de la guerre russo-japonaise sous le nom du territoire du Kwantung (Kantō-shū 関東州). Les autorités japonaises y implantent un gouvernement de type colonial, tandis que la partie méridionale des chemins des fer chinois devient la propriété de la fameuse Mantetsu 満鉄, la Compagnie des chemins de fer sud-mandchouriens (Minami Manshū tetsudō kabushiki-gaisha 南満洲鉄道株式会社). Cette zone coloniale du Kwantung est ainsi la cible d’un pouvoir structuré à la manière de celui mis en place à Taiwan, avec l’Administration générale du Kwantung (Kantō sōtokufu 関東総督府) établie le 26 septembre 1905, restructurée le 1er septembre 1906 en Administration municipale du Kwantung (Kantō totokufu 関東都督府), puis en Administration du Kwantung (Kantō-chō 関東庁) en 1919 (L’Hérisson 2020, p. 109). Malgré ce régime gouvernemental, le territoire est indissociable de la « zone ferroviaire de la Mantetsu » (Mantetsu fuzokuchi 満鉄付属地), véritable couloir colonial du Japon sur place, ensemble finalement intégré à l’État du Mandchoukouo (Manshūkoku 満洲国) à partir de 1932.

Malgré un découpage cartographique et, dans une certaine mesure, administratif, la région s’étendant de la péninsule du Liaodong à la frontière mongole peut donc être considérée de manière cohérente en tant qu’espace de projection des ambitions impériales japonaises et du déploiement concret d’un processus d’expansion territoriale. Ces considérations m’encouragent à considérer cet ensemble spatial hétéroclite comme une seule et même « Mandchourie japonaise », non pas la Mandchourie au sens stricte, découpée sur la carte, mais bien cet agrégat de territoires qui deviennent à partir des années 1930 la « ligne de vie » (seimeisen 生命線) de l’empire.

Références :

Duara, Prasenjit, Sovereignty and Authenticity: Manchukuo and the East Asian Modern. Laham, Oxford : Rowman & Littlefield, 2003.

Elliott, Mark C., « The Limits of Tartary : Manchuria in Imperial and National Geographies », Journal of Asian Studies, vol. 59, 2000, p. 603-646.

L’Hérisson, Edouard, « Trajectoires shintō et construction de la Mandchourie japonaise : spatialisation religieuse, expansion de l’empire et structuration du shintō moderne », thèse de doctorat, Inalco, soutenue le 12 décembre 2020.

Matsusaka Yoshihisa Tak. The Making of Japanese Manchuria, 1904-1932. Cambridge : Harvard University Press, Harvard East Asian Monographs, 2001.

McCormack, Gavan. Chang Tso-Lin in Northeast China, 1911 – 1928. Stanford (CA) : Stanford University Press, 1977.

Pelletier, Philippe, L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie. Paris : Éditions Gallimard, coll. « Folio histoire », 2011.

Swift, Michael, Cartes du monde à travers l’histoire. Paris : Géo, 2008.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.