Shintō : une pluralité de définitions

L’un des principaux enjeux des études sur le shintō réside dans la définition même que l’on donne à ce terme. Loin d’aller de soi en effet, la notion de shintō est l’objet d’un vif débat entre spécialistes. Dans cette section, je tenterai de rendre compte de la polyphonie des définitions du shintō, en incluant à la fois les extraits de travaux académiques, comme ceux d’auteurs non issus du milieu de la recherche. Cet effort permettra de saisir toute la complexité des tentatives de typologie et de catégorisation de cet ensemble religieux particulier.

Shimazono Susumu, Kokka shintō to Nihonjin 国家神道と日本人 [Le shintō d’État et les Japonais]. Tōkyō : Iwanami shinsho, 2010.

L’un des malentendus récurrents à propos du shintō est de la considérer comme la religion des sanctuaires, des desservants et de leurs fidèles. Il s’agit de la compréhension étroite du shintō. Le shintō comprend plus largement la croyance dans les kami enracinés dans le sol japonais. Outre sa forme du culte rendu dans les sanctuaires (jinja sanpai 神社参拝), la croyance dans les kami est par exemple souvent inspirée par le culte voué à l’empereur. En fait, ce culte de l’empereur est la principale force motrice du shintō d’État (kokka shintō 国家神道). Le shintō d’État, en plus des sanctuaires, s’est aussi propagé par les écoles, les événements populaires et les médias de masse, qui sont tous profondément liés aux membres de l’État moderne. Il s’agit là d’une nouvelle forme du shintō construite en même temps que l’État-nation et fondée sur les discours sur le kokutai 国体論 [les discours sur le corps ou l’essence de la nation] élaborés durant la période d’Edo.

De fait, quelle place occupe donc le shintō d’État dans la longue histoire du shintō ? Le shintō populaire (minkan no shintō 民間の神道) est indissociable d’une religion populaire (minzoku shūkyō 民俗宗教) protéiforme qu’on ne peut appeler shintō et dont l’origine est difficile à situer. […] Cependant, s’agissant du shintō de la cour impériale (kōshitsu shintō-kyūtei shintō 皇室神道・宮廷神道), il est possible, dans une certaine mesure, d’identifier son origine. Lorsque, vers la fin du VIIe siècle et le début du VIIIe siècle, sous l’empereur Tenmu et l’impératrice Jitō, le système des rites et des lois étatiques est mis en place sur le modèle de celui des Tang, les bases du shintō de la cour sont posées. Néanmoins, dans le Japon médiéval, la prédominance du bouddhisme a amoindri les liens unissant le shintō de la cour et la vie des habitants des diverses régions de l’archipel. Les discours sur le kokutai et l’unité des rites et de l’État (saisei itchi-ron 祭政一致論) ont tenté de placer ce shintō au cœur de l’État et sont devenus les principes fondamentaux de l’État de Meiji s’élevant à partir des bases de la période d’Edo (p. iii-iv).

 

Hardacre, Helen, Shinto: A History. New York : Oxford University Press, 2016.

Le shintō comprend des doctrines, des institutions, des rituels, et une vie communale fondée sur le culte des kami, comprenant des représentations artistiques de ceux-ci (p. 1). […] [Cette étude] est structurée autour de deux thèmes, l’idée que le shintō appartient au « public », et l’idée qu’il représente ce qui est « indigène ». […] Puisque les kami sont au cœur du shintō, on pourrait penser qu’il est une religion, mais cette étude se refusera de commencer par cette assomption. Je questionnerai plutôt le caractère de cette tradition à chaque étape de son histoire et me demanderai comment le shintō était considéré à l’époque. Aujourd’hui encore, la question de savoir si le shintō devrait être considéré comme une religion est controversée. Le shintō est grandement varié et stratifié à chaque ère historique. Il n’est jamais « une seule chose ». À bien des égards et pour certaines époques, le concept de religion n’est ainsi pas particulièrement utile pour le comprendre. Les figures gouvernementales qui gèrent les sanctuaires à partir de la fin des années 1860 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale avançaient que le shintō était indissociable de l’identité japonaise et qu’il ne devait donc pas être débattu à la manière de « simples » tractations théologiques. Contrairement à la religion, affirmaient-ils, il ne s’agissait pas d’une chose que les individus pouvaient choisir librement (p. 2).

 

Teeuwen, Mark, “Shintō no gainenka to yūtopia 神道の概念化とユートピア [Conceptualisation du shintō et utopie]”, Gendai shisō, vol. 45, n° 2, 2017, p. 8-14.

Il est possible de comprendre la théologie shintō comme une expression de la pensée utopique […]. On peut penser qu’il y a un écart constant entre le shintō et les sanctuaires. Dans le cas de l’islam et des mosquées, la théologie est première, tandis que les mosquées sont construites pour la mettre en œuvre ; s’agissant des sanctuaires, j’ai l’impression que cet ordre est inversé. La théologie shintō possède les caractéristiques d’une mise en discours secondaire qui se greffe à l’existence des sanctuaires. Sans l’islam, pas de mosquée, alors que les sanctuaires n’ont pas besoin de la théologie shintō. […] Dans les chroniques historiques anciennes et les Codes, « shintō » est un terme extrêmement rare et n’était utilisé que sporadiquement en contraste de la loi bouddhique (buppō 仏法) (p. 8-9). […] Les concepts engendrent une pensée qui dépasse l’horizon connu, ils ont la force de changer l’histoire. Les mots restent quant à eux à l’intérieur de cet horizon de l’expérience passée, ils n’ouvrent pas sur le développement d’un monde inconnu. […] Les concepts possèdent donc une « structure temporelle » spécifique. […] Au XIIIe siècle, le « shintō » était un mot qui ne désignait que les « kami pouvant nous maudire s’ils ne sont pas proprement apaisés » (nadamenai to tatari o nasu kamoshirenai kami なだめないと祟りをなすかもしれない神). Son essor en concept utopique est ultérieur (p. 10).

 

Yamakage Motohisa, Shinto – Sagesse et pratique. Vannes : Sully, (2006) 2014.

[Yamakage Motohisa est un leader shintō issu du shintō des Yamakage pratiqué au sein du sanctuaire du même nom. Il prône le retour autochtoniste au koshintō, le « shintō des origines »]

L’essence du shinto se trouve dans notre relation et notre interdépendance avec les kamis. En d’autres termes, le shinto est le chemin à travers lequel nous essayons de nous réaliser pleinement en tant qu’êtres humains en acquérant les nobles caractéristiques des kamis. Cette voie est ouverte à tous les hommes et les femmes, mais elle suppose, avant toute autre chose, que nous nous mettions en accord avec les kamis, attitude qui constitue l’essence même du shinto. […] Dans cette optique, le koshintō, c’est-à-dire le « shinto originel des temps anciens », revêt une importance particulière. Le koshintō encourage chacun à s’entraîner mentalement et spirituellement, de manière individuelle, afin d’améliorer son propre caractère. Grâce à lui, une méthode d’entraînement systématique a été transmise depuis un lointain passé. […] Le koshintō permet d’aller sous la surface du rituel, de comprendre ce qu’est réellement le shinto et d’être touché par la lumière spirituelle des kamis. […] Le shinto est la conscience qui sous-tend la mentalité japonaise, le fondement de la culture et des valeurs du Japon (p. 19-21). […]

Le shinto est une tradition spirituelle authentique et autochtone du peuple japonais. De ce fait, nombre de ses formes extérieures et de ses pratiques sont spécifiquement japonaises, mais son essence est valable pour toute l’humanité et très pertinente dans la situation difficile qui est la nôtre (p. 23). […] Le shinto est indéniablement une religion propre au peuple japonais. C’est une religion autochtone, qui est née et s’est développée dans l’archipel nippon, au contraire du bouddhisme et du christianisme, religions universelles venues d’autres pays. On ne peut assurément nier les influences du bouddhisme, du confucianisme ou de la culture chinoise sur le shinto. […] Le shinto possède pourtant bel et bien sa propre façon de penser et de sentir, ainsi que sa propre vision du monde, même si celle-ci ne peut être aisément réduite au concept occidental de religion. […] Donc, qu’est-ce que le shinto ? Pour répondre à cette question, il faut se plonger profondément dans l’univers du shinto, et plus particulièrement du koshintō, la forme originelle du shinto, son âme ancienne, que n’ont modifiée ni l’histoire ni la politique. Selon la conception occidentale, une religion a un fondateur, une doctrine, des préceptes ou commandements et des objets de vénération, comme des symboles ou des idoles. Le shinto, pour sa part, n’a rien de tout cela. C’est ce qui le rend radicalement différent d’une religion telle qu’elle est ordinairement conçue (p. 44-45).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.