Communication : Les cris de la révolte

Les cris de la révolte : possession et résistance féminine face à la modernisation à travers l’émergence des « fondatrices »

Résumé de communication – Journée d’études « Le murmure des morts », Institut de recherche sur l’Asie (IrAsia/UMR 7306), Centre aixois d’études romanes (CAER/EA 854), Institut d’ethnologie méditerranéenne, européenne et comparative (IDEMEC/UMR 7307), Université d’Aix-Marseille, 22 novembre 2019.

Lorsque commence l’année 1892, Deguchi Nao, paysanne illettrée originaire d’Ayabe, est désemparée. Après avoir vu périr nombre de ses enfants et son mari, sa fille aînée sombre dans la folie l’année précédente. Or, lors d’une nuit glacée du début d’année, Nao entre en état de possession spontanée sous l’emprise d’Ushitora no konjin, la plus dangereuse divinité associée à la direction du Nord-Est dans les anciens cultes du yin et du yang. Débute alors la trajectoire de la plus emblématique fondatrice de nouveau mouvement religieux moderne japonais. Ce genre de possession n’est pas rare dans la Japon de la fin du xixe siècle ; il n’est pas non plus limité aux femmes. Cependant, du premier cas de possession d’Isson-nyorai Kino en 1802 à celui de Kitamura Sayo en 1944, la possession semble tout particulièrement se propager d’une femme charismatique à une autre en contexte de crise.

La possession de Nao est avant tout une modalité de prise de parole, de sortie d’un mutisme qui l’emprisonne dans sa condition misérable et la coupe du monde qui l’entoure. Il s’agit aussi d’une mise en mot et en écriture d’un violent message millénariste : ce monde perverti doit brûler ! Deguchi Nao incarne donc la figure la plus virulente d’une forme de contre-pouvoir religieux. Sa possession est en effet une résistance à la modernisation d’une société japonaise qui oublie ses marges rurales. Sa possession est un cri de révolte.

À travers la mise en perspective de plusieurs trajectoires individuelles, la présente communication brossera le portrait de ces fondatrices, figures religieuses modernes et intermédiaires privilégiées des dieux qui, par le biais de la possession, expriment leurs revendications et leurs ambitions face à des crises perçues comme étant d’ordre cosmique.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.