Article : Traduire l’invisible au cœur de la crise

Pour citer cet article : « Traduire l’invisible au cœur de la crise. Femmes chamanes et crises cosmiques dans le Japon moderne et contemporain », Chroniques du çà et là, n° 17, 2020, pp. 31-47.

Introduction de l’article :

Le pont sur lequel est venue puis s’en est allée l’apparition représente le lien ténu qui unit deux mondes séparés. Notre habituel monde humain n’est qu’un segment étroit du cosmos qui se confronte alors à nous. Au-delà gît un royaume différent, dans une complète « altérité » (…)[1].

Le système religieux japonais est souvent perçu comme foncièrement chamanique. Le chamanisme suppose un lien particulier entre les humains et les divinités, lien dont l’équilibre est assuré par le chamane, individu qui a la capacité d’entrer en contact avec les entités divines et spirituelles. Cette logique chamanique sous-entend une conception dualiste de l’être qui différencie le corps et ses constituants invisibles ; des techniques de communication avec le domaine invisible ; et une fonction sociale reconnue par une communauté donnée aux spécialistes qui maîtrisent ces techniques. Philippe Descola nomme ainsi les chamanes « intermédiaires cosmiques ».

Au Japon, les premiers travaux sur les femmes chamanes commencent durant l’entre-deux guerre avec le père des études folkloriques, Yanagita Kunio. Dans ses deux articles, « Miko-kô » (« Réflexions sur les miko ») et « Imôto no chikara » (« La puissance des femmes »), il identifie deux types de spécialistes du contact chamanique nommées miko : d’une part, les « miko des sanctuaires » (jinja miko) qui officient dans les sanctuaires shintô ; d’autre part, les « miko itinérantes » (aruki miko) chargées de transmettre des paroles d’entités spirituelles. Cependant, il note qu’à l’origine, ces deux catégories ne faisaient qu’une et formaient ce que je nomme la « miko originelle ». À la suite de Yanagita, de nombreux folkloristes se lanceront à la poursuite de cette figure ; les recherches sur le chamanisme japonais sont donc placées très tôt sous le signe de l’histoire des femmes et de leur rapport à la surnature.

Mais le chamanisme n’est pas qu’une dimension du phénomène religieux japonais archaïque, enfermée dans un passé idéalisé ou dans les travaux d’intellectuels à la recherche de l’essence des cultes de leur pays. Il traverse l’histoire de l’archipel et vit par ailleurs un renouveau à partir de la fin du xixe siècle. Il refait en outre surface après la triple catastrophe qui frappe le nord-est de Honshû en 2011. Ces deux points dans le temps et l’espace seront l’occasion de mettre en lumière – et en perspective avec la miko – deux figures de femmes aux capacités chamaniques : les fondatrices de nouveaux mouvements religieux kyôso et les médiums aveugles itako. L’étude de celles-ci révèlera le phénomène de réémergence de figures chamaniques proches des miko en contexte de crise, qu’il s’agisse de crises socio-économique ou environnementale, séquences spatio-temporelles qui en viennent à être perçues comme des crises cosmiques.

[1] Blacker, Carmen, The Catalpa Bow. A Study of Shamanistic Practices in Japan. Londres ; New York : Routledge Curzon, (1975) 2004, p. 2.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.