Communication : Entraîner le corps, forger l’esprit

Entraîner le corps, forger l’esprit : la formation japonaise et l’élite militaire indonésienne

Résumé de communication – EuroSEAS 2019 (10-13 septembre 2019, Université Humboldt)

En octobre 1943, la Seizième armée japonaise crée la Peta (Pembela Tanah Air, j. kyōdo bōei giyūgun, Force volontaire de défense de la patrie), une garnison auxiliaire chargée de défendre l’île de Java en cas d’invasion Alliée. Les autorités militaires mettent alors en place un système qui mobilise à la fois les corps et les esprits des populations locales, notamment de la jeunesse masculine. Par le biais de l’enseignement des arts martiaux, de la gymnastique, mais aussi des valeurs asiatistes, les Japonais réussissent à créer une élite locale entraînée, parlant le japonais et leur servant d’intermédiaire avec la population. Mais les militaires japonais sèment par la même occasion les germes d’un nationalisme qui deviendra après la guerre le credo des factions indépendantistes. Ces recrues, entraînées aux techniques de corps japonaises, deviendront par la suite les officiers de l’armée de Suharto à partir de 1967. Le Japon éduque donc entre 1943 et 1945, l’élite militaire du futur régime indonésien.

Cette présentation se propose de mettre en lumière l’entraînement militaire suivi par les membres de la PETA, en particulier leur formation gymnique et idéologique. Par le biais d’une analyse à plusieurs échelles, il apparaîtra que la structure mise en place par les Japonais en Indonésie se fonde sur la construction de centres d’entraînement dans les milieux ruraux japonais, lieux qui servent ainsi de matrice à la future formation d’une élite restreinte qui domine durablement le système militaire indonésien. Les membres de cette dernière développent à la fois un esprit et un corps forgés par les soldats japonais ; processus de transmission qui donne naissance à un sentiment d’appartenance à une élite locale.

L’attention se portera sur la trajectoire du lieutenant Yanagawa Munenari afin de mettre en perspective la structure et le programme d’entraînement élaborés par le leader militaire japonais et la structure globale qui émerge au Japon à partir de la fin des années 1930, notamment dans les campagnes où les militants agraristes travaillent de pair avec les dirigeants locaux et les autorités militaires. Au cœur de ce nouveau système gît une infrastructure – les dōjō –, et une pratique corporelle – la gymnastique moderne. L’exposé se focalisera dans un premier temps sur une approche micro-historique qui traite l’émergence de l’élite militaire indonésienne par le biais de la trajectoire individuelle de Yanagawa. Cependant, l’étude du parcours de ce dernier montrera également que son initiative est avant tout le fruit d’une éducation qu’il reçoit au Japon au sein d’une catégorie sociale particulière : celle des élites militaires de l’école militaire de Nakano. En définitive, à travers une lecture inspirée par le travail de Norbert Elias sur les liens entre l’individu et la société, l’émergence de la PETA indonésienne, en particulier la formation des corps de ses jeunes recrues, pourra être comprise comme découlant d’un double processus de transmission par un individu charismatique au sein d’un groupe cohérent en devenir, mais aussi de transmission que cet individu reçoit en tant que partie intégrante d’une catégorie sociale spécifique préexistante.

Malgré les excellents travaux historiques effectués jusqu’à présent sur la PETA, l’origine concrète de ce groupe et l’importance des techniques de corps en son sein ont finalement fait l’objet de très peu d’attention. Cette présentation tentera donc de combler cette faille grâce à l’analyse de sources primaires en japonais afin de compléter les analyses existantes centrées sur le point de vue indonésien. Par le biais d’une lecture à la fois diachronique et synchronique à la croisée des perspectives historique et anthropologique, l’émergence de la PETA pourra être replacée dans le cadre plus large de la formation militaire japonaise durant les dernières années de la première moitié du xxe siècle.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.