La Mandchourie comme terre d’accueil des Juifs : le « plan Fugu 河豚計画 » (1)

À la fin des années 1930, un projet de construction d’un État juif indépendant en Asie fut élaboré par plusieurs responsables japonais. Parmi eux, notamment, le colonel Yasue Norihiro 安江仙弘 (1888-1950), le capitaine Inuzuka Koreshige 犬塚惟重 (1890-1965), et le fondateur de Nissan Ayukawa Yoshisuke 鮎川義介 (1880-1967). Yasue était à l’époque à la tête de l’opération des services de renseignement de Dalian (Dairen tokumu kikan 大連特務機関) ; Inuzuka gérait quant à lui l’opération Inukai (Inuzuka kikan 犬塚機関) ; tandis qu’Ayukawa dirigeait la Compagnie de développement de l’industrie lourde de Mandchourie (Manshū jūkōgyō kaihatsu kabushiki gaisha 満洲重工業開発株式会社).

De nombreux Juifs russes avaient fui la révolution et formé des communautés en Mandchourie et à Shanghai. À partir de 1933 et l’établissement complet du régime nazi, de nombreux réfugiés fuyant l’oppression en Allemagne, rejoignirent le territoire mandchourien. En 1933, on comptait environ 6000 résidents juifs en Mandchourie et 2000 à Shanghai ; la région était perçue comme le seul endroit sûr, en plus des États-Unis, pour les populations juives.

La première convention des Juifs d’Extrême-Orient (Dai ikkai Kyokutō Yudayajin taikai 第一回極東ユダヤ人大会) se tint à Harbin en décembre 1937. À cette occasion, les émissaires japonais réussirent à convaincre le président de l’association des Juifs de Harbin, le médecin russe Abraham Kaufman (1885-1971), de participer à leur projet. Ce dernier consistait à construire un État juif indépendant en Mandchourie, ou à défaut à Shanghai, avec comme ambition de mettre à profit le savoir-faire et les capitaux des élites juives, tout en s’accordant les faveurs des communautés juives américaines dans un contexte de rapides dégradations des relations nippo-américaines.

En janvier 1938, l’armée du Kwantung (Kantōgun 関東軍) adopta des « mesures s’agissant du peuple juif » (tai Yudayajin shisaku yōryō 対猶太人施策要領) en vue de mettre en place une politique de protection des populations juives. Ces dispositions furent justifiées idéologiquement par la maxime nichiréniste des « huit coins sous un même toit » (hakkō ichiu 八紘一宇), toit sous lequel les Juifs devaient aussi être accueillis. La mobilisation explicite du concept de hakkō ichiu (qui est en fait une ancienne formule tirée du Nihon shoki 日本書紀) dénote l’influence idéologique notable d’Ishiwara Kanji 石原莞爾 (1889-1949), disciple de Tanaka Chigaku 田中智学 (1861-1939) et de son nichirénisme (nichiren shugi 日蓮主義).

 Le 6 décembre de la même année, les « points essentiels des mesures politiques s’agissant des Juifs » (Yudayajin taisaku yōkō 猶太人対策要綱) furent votés durant l’Assemblée des cinq ministres (goshō kaigi 五相会議) qui réunit le Premier ministre, le ministre des Armées, le ministre de la Marine, le ministre des Affaires extérieures, et le ministre des Finances. Ces mesures comprenaient le fait de « recevoir les Juifs de Manchourie et de Chine de manière officielle » (Manshū-Chūgoku no Yudayajin o koushiki ni atsukai, ukeireru 満洲・中国のユダヤ人を公式に扱い、受け入れる). Le « plan Fugu » obtint ainsi de manière indirecte l’aval des autorités japonaises.

À l’occasion de la deuxième convention des Juifs d’Extrême-Orient qui eut lieu à Harbin en 1938, les journaux étrangers titraient déjà « L’émancipation de la Mandchourie en tant que terre de refuge des Juifs » (Manshū o Yudayajin no hinanchi toshite kaihō 満州をユダヤ人の避難地として開放).

Mais avec l’éclatement de la Guerre du Pacifique et le rapprochement du Japon et du régime nazi, le projet perdit sa dynamique : Yasue fut destitué de la tête du renseignement à Dalian et la quatrième convention des Juifs d’Extrême-Orient fut annulée. En 1943, les Juifs de Shanghai furent déportés dans une concession commune, marquant l’abandon définitif du projet. Même si ses architectes voyaient dans ce plan une opportunité stratégique et économique, mais aussi une manière d’appliquer directement le crédo officiel de l’harmonie des peuples (minzoku kyōwa 民族共和) du Mandchoukouo, leurs ambitions furent rattrapées par la réalité du conflit et l’alliance du Japon et de l’Allemagne nazie.

Source : Tsutsumi Shōji 堤昌司, « Maboroshi no Manshū Yudaya kokka 幻の満洲ユダヤ国家 », Rekishi gunzō shirīzu 84 Manshū teikoku 歴史群像シリーズ84 満洲帝国, 2006, p. 130.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.